Quatre enfants pour une nouvelle maison

Quatre enfants pour une nouvelle maison

Quatre enfants ont collecté de l’argent pour l’Aide à la montagne. Lors de la visite du projet, ils ont pu constater le bien-fondé de leur don.

Quatre enfants de Villmergen dans le canton d’Argovie ont grillé des saucisses, fait du café, vendu des boissons et récolté plus de 1000 francs pour l’Aide suisse à la montagne. Un bon mois plus tard, ils ont visité la ferme de la famille Schmidiger à Hergiswil près de Willisau et ont pu constater le bien-fondé de leur don.

Noelle est tombée sous le charme. Perdue dans ses pensées, la fillette de 7 ans est assise sur un muret devant la ferme et caresse avec amour un petit chat sur ses genoux. «Papa, on peut le prendre à la maison?» «Non!» «Alors moi je reste ici».

Il y a deux heures que Noelle, sa grande soeur Corina et les deux enfants d’une famille amie, Livia et Loreno, ainsi que leurs pères sont sortis de la voiture, un peu intrigués, et après un long trajet sinueux. Tous les six ont été accueillis par Benji, le chien de la ferme, ainsi que par Hanspeter et Sonja Schmidiger. Ils se sont rendus dans cette ferme magnifiquement située mais au nom déroutant de «Ober Graus» pour voir à quoi allait servir l’argent qu’ils avaient récolté lors de leur action.

«J’ai d’abord eu mauvaise conscience quand j’ai appris que quatre enfants avaient fait un don de plus de 1000 francs pour la construction de notre maison d’habitation», dit Sonja. «Je ne me serais pas sentie bien s’ils avaient dû casser leurs tirelires.» Les explications des enfants et de leurs pères tranquillisèrent la paysanne. C’était Markus Hunn, le père de Livia et Loreno, qui en avait eu l’idée pendant les vacances d’été en Valais. En profitant de ses moments de loisir, la famille avait pu voir combien il était pénible pour les paysans de montagne de faire les foins. Markus, qui faisait depuis de nombreuses années des dons à l’Aide suisse à montagne, demanda à ses enfants s’ils n’avaient pas envie d’organiser une action pour collecter de l’argent pour la population montagnarde. Ils approuvèrent l’idée et n’eurent pas de peine à convaincre leurs petits copains de la famille Keller de participer.

Quelques jours plus tard, les quatre enfants, tirelires en mains, vendaient aux passants des hot-dogs, des saucisses grillées et des boissons au centre du village de Villmergen. «Il nous a fallu un peu de courage, mais personne ne s’est fâché et la plupart des gens nous ont donné des sous», raconte Livia. Les enfants ont pu choisir le projet qu’ils voulaient soutenir. Et c’est l’histoire de la famille Schmidiger et de ses trois enfants dont la maison délabrée ne pouvait plus être rénovée qui les a le plus impressionnés!

Texte et images: Max Hugelshofer

Paru en novembre 2019