Vous êtes ici

Il n’y a pas de perdants.

Le jury du Prix Montagne nomine uniquement des projets exceptionnels. En effet, ils auraient tous mérités de gagner le Prix car tous montrent la large palette de possibilités permettant de valoriser l’authenticité et les atouts des régions de montagne pour améliorer leurs moyens de subsistance économiques. Le projet qui gagne finalement le prix est celui qui convainc le plus par son caractère de modèle et sa contribution à la diversification économique.

Les projets nominés en 2014


Les pommes de terre Bio de l’Albulatal, Filisur / GR

Sur l’exploitation agricole « La Sorts », la famille Heinrich cultive trente-deux sortes de pommes de terre qui ont toutes un goût particulier. En collaboration avec « Freddy Christandl », ancien cuisinier et entraîneur du goût, les Heinrich sont parvenus à enthousiasmer les gastronomes avec leurs patates. Quelque septante établissements gastronomiques et revendeurs, ainsi que des clients privés, achètent régulièrement les pommes de terre de l’Albulatal. Faire pousser ce tubercule en région de montagne a aussi plusieurs avantages : le sol caillouteux emmagasine la chaleur du soleil. Cela permet aux patates de mieux faire face aux périodes de froid. D’autre part, dans leur région, les Heinrich sont presque les seuls à cultiver des pommes de terre. Cela diminue les risques liés à la diffusion de certaines maladies. Enfin, les patates de l’Albulatal diffusent des arômes étonnants, rappelant les marrons, les noisettes ou l’asperge.
 


Clinica Alpina, Scuol / GR

Au sein de la Clinica Alpina de Scuol, Men Bischoff et son équipe proposent de nombreux soins pour les animaux. Cet établissement vétérinaire, situé dans les Alpes, compte quinze places de travail et prend en charge aussi bien les petits animaux que les animaux de rente. Pour Men Bischoff, il est particulièrement important que la Clinica Alpina offre des prestations qui soient en adéquation avec les possibilités financières des agriculteurs de la région. Ainsi, lorsque leur bétail rencontre un problème, ils ont moins tendance à vouloir s’en débarrasser. Une grande partie de la clientèle de la Clinica Alpina provient de la région. D’autre part, cet établissement propose des traitements classiques, de même que des méthodes alternatives comme l’homéopathie et l’acupuncture. Pour les cas les plus graves, la Clinica Alpina a établi un réseau de spécialistes. De cette façon, cet établissement peut offrir une palette de soins complets dans une région périphérique.
 


Le pont suspendu et le bistrot de Hohstalden, Frutigen / BE

Le pont suspendu de 153 mètres de long de Hohstalden, dans l’Oberland bernois, a été construit par nécessité. La famille Wäfler avait besoin d’un passage sécurisé, notamment pour la période hivernal. Entre-temps, ce pont est devenu une attraction. Actuellement, Karin et Martin Wäfler exploitent un bistrot à proximité, pour accueillir des touristes provenant du monde entier. Le succès est tel, que la famille Wäfler peut désormais vivre de l’exploitation de son établissement. La région de Frutigen profite également de l’attrait touristique lié à l’existence du pont suspendu. En effet, le tour conduisant au pont est aujourd’hui le chemin le plus fréquenté de la région. D’autre part, la création de cet ouvrage a provoqué un important intérêt pour les ponts suspendus. Son constructeur, Theo Lauber en a depuis construit vingt-huit autres.
 


„La Cavagne“, Troistorrents / VS

En patois du Val d’Illiez, la Cavagne désigne une hotte en bois. Mais, la Cavagne c’est aussi un magasin géré par une coopérative. Une quarantaine de producteurs de la région y vendent de nombreux produits. Grâce au succès rencontré par ce projet, un second local de vente a été ouvert en 2013.
 


Azienda Agricola Patà, Sonogno / TI

L’exploitation de la famille Patà se trouve à l’extrémité du Val Verzasca, dans le charmant village de Sonogno. C’est là que Claudia et Fabrizio ont décidé de mener leur existence. Dans leur fromagerie, ils transforment chaque année quelque 40'000 litres de lait de chèvre et de vache. D’une part, Fabrizio utilise le lait fourni par son troupeau de plus de cent chèvres « Nera Verzasca », une ancienne race tessinoise. D’autre part, quatre paysans lui livrent encore du lait provenant de leurs chèvres et de leurs vaches. Au total, Fabrizio produit une quinzaine de spécialités fromagères, comme le « büscion di capra », un fromage frais tessinois typique, ou le « fromagella di mucca », une pâte molle à base de lait de vache. La vente directe de ces produits à la ferme permet d’assurer 50% des revenus de la famille. D’autre part, les Patà livrent leurs spécialités aux établissements culinaires du Val Verzasca.
 


Raselli Erboristeria Biologica, Le Prese / GR

Avec un petit sourire en coin, Reto Raselli indique qu’il est le « roi des herbes aromatiques ». Il cultive depuis plus de 30 ans diverses herbes aromatiques, des épices, ainsi que des fleurs comestibles. La menthe, le thym ou l’alchémille servent à préparer diverses sortes de thés, ainsi que des mélanges d’épices qui sont ensuite vendus dans l’ensemble de la Suisse, Le plus gros client des Raselli est le fabriquant de bonbons aux herbes Ricola. D’autre part, des préparations ont été créées spécialement à l’intention de la Coop. Au cours des années, l’exploitation de Reto Raselli a connu une croissance continue. Aujourd’hui, quelque trente-trois tonnes d’herbes sont produites par an et cinq à dix personnes sont engagées, selon les besoins saisonniers. Depuis une année, un nouveau bâtiment a été construit à Le Prese, afin d’accueillir des bureaux, des locaux de transformation, ainsi qu’une chambre de stockage. De cette façon, il est possible de contrôler sur place toute la chaîne de production ; de la mise en terre jusqu’à la vente des plantes aromatiques.