Vous êtes ici

Constructeur de cors des Alpes

Heinz Tschiemer a abandonné son ancien métier pour se rendre indépendant et construire des cors des Alpes. Une nouvelle orientation que ce jeune père de famille a prise par idéalisme, mais aussi pour aider Habkern, sa commune d’origine.

Juin 2013 / 

Un son caractéristique résonne dans le village de Habkern dans l’Oberland bernois. Un son profond, apaisant, que l’on pouvait entendre ici il y a des centaines d’années déjà. En le suivant, on arrive à un ancien magasin de village, dans l’atelier de cors des Alpes Bernatone. Au milieu des tours, des ponceuses et des perceuses, Heinz Tschiemer est en train de tester un cor des Alpes qu’il vient de terminer. Une année auparavant, un matin de semaine comme celui-là, ce jeune père de deux garçonnets aurait été en train de se rendre chez un client avec la voiture de son entreprise. Mais Heinz a troqué son bon job de collaborateur externe dans une firme d’installation d’étables contre son autonomie, un travail acharné et aussi une insécurité économique. Pourquoi cela? Heinz Tschiemer nous montre son cor flambant neuf: «De la matière première au produit fini, cet instrument de grande valeur a été confectionné ici à Habkern. Il a procuré du travail au bûcheron, au scieur, à mon épouse Marietta, à moi, ainsi qu’à l’artiste qui y a peint une gentiane pour le décorer. C’est génial, n’est-ce-pas?»

Du travail pour la scierie
Derrière la décision du couple Tschiemer, il y a beaucoup d’idéalisme mais aussi un heureux concours de circonstances. Ce n’est pas par hasard que Heinz a décidé de changer de métier. Son père Hans exploite, à côté de sa ferme, une scierie dans les mains de la famille depuis quatre générations. Le bois des forêts avoisinantes y est débité en poutres et en planches que l’on retrouve dans pratiquement toutes les maisons de Habkern. Dans les années 90, un fabriquant d’instruments a démarché Tschiemer père. Il cherchait un bois spécifique pour la fabrication de cors des Alpes. Ce bois devait impérativement être de l’épicéa ayant poussé lentement à la lisière d’une forêt et qui soit le plus uniforme possible. Tschiemer étant en mesure de livrer le bois désiré, le partenariat dura de longues années. Lorsque, il y a un an, le fabriquant d’instruments décida de vendre son atelier pour raison d’âge, il s’adressa d’abord aux Tschiemer. Heinz, qui avait appris à jouer du cor des Alpes dans son enfance mais n’avait guère eu l’occasion de rejouer depuis, a été immédiatement intéressé. «Je trouvais la fabrication de cors des Alpes fascinante et y voyais un potentiel pour notre village», et j’y voyais explique-t-il. C’est ainsi que les Tschiemer se décidèrent après de longues discussions et des nuits blanches, à franchir le pas. Ils investirent toutes leurs économies dans l’acquisition de machines. Cependant, comme les efforts consentis ne suffisaient pas complètement, ils auraient dû contracter des dettes. Ils décidèrent donc de solliciter le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards. «Nous avons été vraiment soulagés qu’elle consente à prendre à sa charge le montant manquant», déclare Marietta.

Un local vide réhabilité
Le fait que l’un des magasins du village ait été obligé de fermer à la même époque, a aussi contribué à la décision de créer un atelier pour la fabrication des cors des Alpes. Le local spacieux, avec fenêtres, au milieu du village était désaffecté. «Il aurait été dommage qu’un tel espace ne soit utilisé que comme entrepôt», commente Heinz. «Notre atelier amène de l’animation au centre du village.»
Si tout se déroule selon les plans, l’atelier de cors des Alpes devrait attirer des touristes à Habkern. Heinz prévoit d’organiser des visites guidées de son atelier pour y démontrer la fabrication traditionnelle des cors des Alpes. Une collaboration avec Interlaken Tourismus est déjà sur les rails et des groupes ont même déjà pu visiter l’atelier. Ils y ont découvert une entreprise qui, avec des moyens modernes, fabrique des instruments traditionnels. Heinz fabrique en moyenne un instrument par semaine. Un cor des Alpes de haute qualité se vend environ 3500 francs. «C’est une véritable science que de fabriquer un bon cor des Alpes, mais si la qualité est au rendez-vous, je n’aurai pas de problèmes à en vendre autant que j’en fabrique.» Pour l’instant, il s’agit cependant pour Heinz de valoriser les connaissances des anciens et d’engranger des expériences. Son objectif est de pouvoir engager prochainement un collaborateur et de contribuer ainsi à redynamiser le village de Habkern.
 

Links

 

Commentaires

Elisabeth Maury | 20. Octobre 2015 - 21:56
Bonjour, Auriez vous une liste de prix pôur un cor des Alpes. Merci d'avance. Elisabeth
DoubleOptIn-URL: 
cc2ed3f7d063e78e307a6c710daead72

Ivo Torelli | 22. Octobre 2015 - 14:56
Chère Elisabeth, Adressez-vous directement à Heinz Tschiemer. Vous trouverez ses coordonées sur le site www.bernatone.ch. Meilleures salutations
DoubleOptIn-URL: 
4dc290b2622bbb674452d72ec1511940

gallay Jean-Claude | 30. Août 2016 - 8:55
J'ai cassé mon cor en deux à une répétition. Je pense q'il etait trop agé (35 ans) Bonne journée et salutations. J.Claude
DoubleOptIn-URL: 
8f9cdb3bf872e7f052733fdcb951c2b8
Ajouter un commentaire
L’Aide Suisse aux Montagnards se réserve le droit d’effacer les commentaires. Cela est valable en particulier pour les commentaires qui portent atteinte à l’honneur. Les décisions ne feront l’objet d’aucun rapport et aucune correspondance ne sera échangée.
▴ Haut de page
La vie professionnelle de Heinz Tschiemer tourne désormais autour des cors des Alpes. La fabrication d'un nouvel instrument nécessite une bonne semaine de travail.
Le tout commence par le choix du bon bois, qui doit avoir poussé lentement près de la lisière d'une forêt. La scierie de la famille Tschiemer fournit depuis longtemps du bois pour les cors des Alpes.
En forêt, on utilise cette forme en la plaçant contre les troncs pour contrôler s'ils ont la bonne dimension.
Les morceaux de bois sélectionnés sont ensuite usinés à l'atelier.
Le fraisage des différents éléments des cors des Alpes s'effectue selon la technique CNC.
Il exige cependant encore pas mal de travail manuel.
L'insertion des éléments de jonction en plastique exige lui aussi beaucoup de doigté.
Une couronne de bois plus dur et stable protège le pavillon du cor des Alpes. Heinz Tschiemer le confectionne sur un tour.
Heinz peut compter sur le soutien de toute sa famille. Le petit Matthias lui donne un coup de main…
…alors que Marietta, son épouse, entoure les cors des Alpes d'éclisses de jonc.
Cette opération n'a aucune influence sur le son du cor des Alpes mais protège l'instrument des coups.
 Marietta effectue son travail dans la vitrine de l'ancien magasin de village de Habkern.
En ouvrant leur atelier de cors des Alpes, les Tschiemer ont  réhabilité le magasin au centre du village.
Les Tschiemer fabriquent en général leurs cors des Alpes sur commande. Ils ont cependant  toujours quelques modèles à disposition dans leur magasin ainsi que divers embouts pour la vente immédiate.

Galerie de photos: Galerie de photos du projet Habkern/BE

Video: Habkern/BE: Constructeur de cors des Alpes.

Le cor des Alpes.
Plus personne ne sait quand le premier cor des Alpes a vu le jour. En Suisse, des écrits le mentionnent pour la première fois en 1527. Au 18e siècle, on se moquait de cet instrument considéré comme une corne de mendiant car il était l’apanage d’une population campagnarde très pauvre. Le romantisme et le tourisme du 19e siècle remirent le folklore, et avec lui le cor des Alpes, au goût du jour. Aujourd’hui, le cor des Alpes est considéré comme un symbole national suisse. Sa technique de soufflage veut qu’on le classe dans les cuivres, bien qu’il soit fabriqué totalement en bois.