Vous êtes ici

Les géants de Soazza

C’est à Soazza dans le Misox que l’on trouve les plus vieux châtaigniers de Suisse. Le centre de visiteurs Nosal propose des hébergements pour les classes d’écoles et les groupes qui aident à entretenir les châtaigniers.

Novembre 2018 / 

Avant, les habitants de Soazza exploitaient le Mont Grand, une colline à côté de leur village. Ils y cultivaient du seigle, du sarrasin, du maïs et des légumes et y faisaient paître leur bétail.  Entre champs et prés, des châtaigniers ont poussé sur les terrasses de murs en pierres sèches et leurs fruits étaient devenus un aliment de base. Quand, après la seconde guerre mondiale, l’économie a redémarré, de nombreux paysans ont trouvé un travail plus rémunérateur et ont renoncé à l’agriculture. Et, en l’espace de quelques décennies, la forêt a envahi le Mont Grand.  Epicéas, mélèzes et bouleaux poussèrent très vite mettant à mal non seulement les châtaigniers qui n’avaient plus suffisamment de lumière mais aussi la biodiversité.

«Les châtaigneraies sont un écosystème très riche en espèces», explique Luca Plozza de l’Office des forêts et des dangers naturels du Canton des Grisons. Et comme les robustes châtaigniers jouent un rôle important pour la protection des forêts, le canton, la commune et les propriétaires terriens décidèrent de remettre la châtaigneraie en état. Aujourd’hui, les châtaigniers ont de nouveau de la lumière et de la place pour croître. Pour certains, cette action de sauvetage intervenait trop tard mais de nombreux arbres ont pu être sauvés, parmi eux 30 colosses avec des troncs de plus de sept mètres de circonférence. «Ces arbres ont entre 500 et 800 ans, et ils étaient déjà là au Moyen-Âge», explique Plozza.

Pour conserver la châtaigneraie et rapprocher les gens de la nature et des trésors du patrimoine, Piozza a créé la Fondation Mont Grand. «Nous offrons aux classes d’écoles, aux groupes d’apprentis, aux particuliers et aux entreprises l’opportunité de donner un coup de main pour la conservation des châtaigniers.» Par exemple pour faucher ou entretenir les prés ou couper les arbres.» Pour les accueillir,  la fondation a transformé en 2012, avec le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, trois anciens rustiques pour en faire un centre pour les visiteurs avec des hébergements pour les groupes, une salle de séjour et une cuisine. «De mai à septembre, ce centre est presque toujours complet», témoigne Plozza. Suite à l’importante demande, un nouveau rustique a été transformé un peu plus haut – à nouveau avec le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards. La fondation a par ailleurs engagé un biologiste qui donne des cours aux visiteurs sur l’évolution de l’environnement et accompagne les visites du site.

Les châtaignes de Soazza ne sont récoltées qu’à petite échelle. Une fois par an, en octobre, à l’occasion de la fête des châtaignes, la Fondation Mont Grand en vend une partie. Ce qui reste au sol est mangé par les cerfs. «Malheureusement, la récolte des châtaignes est très coûteuse. Et si nous devions payer quelqu’un pour cela, ce ne serait pas rentable», déplore Lozza. Le miel de châtaignes, produit par les abeilles dans la Châtaigneraie, favorise quant à lui davantage la création de richesses car la fondation Mont Grand le propose à la vente.

Commande de miel de châtaignes de Soazza: https://www.alpinavera.ch

 
Ajouter un commentaire
L’Aide Suisse aux Montagnards se réserve le droit d’effacer les commentaires. Cela est valable en particulier pour les commentaires qui portent atteinte à l’honneur. Les décisions ne feront l’objet d’aucun rapport et aucune correspondance ne sera échangée.
▴ Haut de page
Les châtaigniers ne poussent pas seulement au Tessin mais également dans le Misox, une vallée dans le sud des Grisons. Par le passé, les gens plantaient des céréales et des légumes sur les châtaigneraies en terrasses de Soazza et récoltaient leurs fruits en automne.
Après la seconde guerre mondiale, les habitants du village se cherchèrent du travail ailleurs et n’exploitaient plus les châtaigneraies. Très vite, d’autres espèces d’arbres se mirent à pousser ce qui nuisit aux châtaigniers.
Bon nombre de ces châtaigniers, qui avaient parfois plus de 500 ans, n’avaient plus suffisamment de place ni de lumière et ils dépérirent. Pour mettre fin à cette situation, le canton des Grisons, la commune de Soazza et les propriétaires terriens décidèrent, il y a une vingtaine d’années, de redonner vie à la châtaigneraie…
… non seulement parce que les «Géants de Soazza» étaient parmi les plus vieux châtaigniers de Suisse, mais aussi parce que la châtaigneraie est un biotope qui présente une grande diversité d’espèces. Dans ses murs de pierres sèches, de nombreuses espèces de lézards y trouvent refuge.
Depuis que les bouleaux, les hêtres et les épicéas ont été abattus et que la lumière arrive à nouveau dans les sous-bois, les châtaigniers repoussent. Et pour qu’il en soit ainsi à l’avenir également, Luca Plozza a fondé une association qui se charge de l’entretien de la châtaigneraie de Soazza.
Pendant toute la saison d’été, des classes d’école, des personnes qui effectuent leur service civil ainsi que des groupes d’apprentis viennent passer une semaine à Soazza pour donner un coup de main pour l’entretien de la châtaigneraie.
Le sarclage sur les versants escarpés est une opération difficile et astreignante.
… mais on est récompensé par une vue magnifique.
Pour loger les bénévoles qui proposent leur aide, l’association Paesaggio Mont Grand a transformé, avec le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, trois vieux rustiques désaffectés pour en faire un centre pour les visiteurs.
Dans l’un des rustiques une cuisine a été  construite, dans un deuxième, une salle de séjour…
… le troisième rustique sert de dortoir pour les groupes.
Cet été, l’association a transformé, à nouveau avec le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, un autre rustique en logements pour les visiteurs.
L’automne c’est le temps de la récolte. Une partie des châtaignes est récoltée par les membres de l’association et les villageois pour les vendre en octobre à l’occasion de la fête des châtaignes. Une bonne partie reste cependant sur le sol car l’exploitation des châtaignes à plus grande échelle s’avère trop onéreuse.

Galerie de photos: Châtaigneraies de Soazza/GR

Recette avec du miel de châtaigne de Soazza

Les Tatsch sont pour les habitants des Grisons ce que les Pancakes sont pour les Américains. Avec un nuage de farine de châtaigne, du miel de châtaigne et une compote de poires aux marrons, ces beignets constitueront un délicieux souper d’automne.

Voir recette