Von Allmen Mürren
Vous êtes ici

Tout le foin dans le même fenil

A Mürren, il n’y a pas que le Schilthorn et des milliers de touristes asiatiques. On y trouve aussi l’exploitation paysanne la plus haute du canton de Berne, en activité toute l’année.

Novembre 2017 / 

1800 m. C’est à cette altitude que se trouve l’exploitation paysanne de Ruedi et Cornelia von Allmen. On l’atteint exclusivement en téléphérique, et en hiver ce sont les skis ou la luge qui servent de moyen de transport quand les pistes entre la ferme et l’étable sont pra­ticables. C’est en luge que Ruedi et Cornelia devaient jusqu’alors transporter à travers la neige les bal­­­lots de foin, à partir de meules disséminées pour les amener à l’étable afin de nourrir leur bétail.

L’hiver prochain, ce travail pénible et chronophage ne sera plus nécessaire. Les von Allmen qui ont rehaussé leur étable cet été disposent de davantage de place pour entreposer le foin et la paille. «C’est uniquement grâce au soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards que nous avons pu nous le permettre», affirme Cornelia. Des travaux dont ils ont déjà tiré profit. «Nous ne sommes plus obligés de presser les ballots. Et comme nous ne devons plus aérer le nouveau fenil que de temps en temps, nous pouvons y stocker de l’herbe qui n’est pas encore 100 pour cent sèche», explique Ruedi. «Avant, j’avais presque envie de pleurer quand le foin que nous avions péniblement récolté puis mis en ballots et transporté de long en large moisissait en dépit de tous nos efforts.»
 

 
Ajouter un commentaire
L’Aide Suisse aux Montagnards se réserve le droit d’effacer les commentaires. Cela est valable en particulier pour les commentaires qui portent atteinte à l’honneur. Les décisions ne feront l’objet d’aucun rapport et aucune correspondance ne sera échangée.
▴ Haut de page
Voici l’exploitation paysanne la plus haute du canton de Berne en activité toute l‘année. Elle se trouve à 1'800 m. d’altitude, au-dessus de Mürren.
C’est ici que Cornelia et Ruedi von Allmen se consacrent à l’élevage de génisses.
Lorsque Ruedi a repris, il y a à peine deux ans, l’exploitation de ses parents, il a réduit tout d’abord son cheptel. Il peut désormais nourrir ses bêtes avec le fourrage qu’il récolte sur ses terres et n’est plus contraint d’acheter du fourrage d’appoint onéreux.
Or, même son propre foin lui causait des problèmes. Il était réparti dans des meules disséminées ce qui occasionnait beaucoup de travail en hiver pour nourrir les bêtes. Avec le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, Ruedi a pu rehausser son étable pour y aménager un fenil assez grand et bien aéré.
Désormais, le foin est stocké en un seul fenil, rempli jusqu’au toit. Les vaches et leurs veaux auront donc assez à manger tout l’hiver.
«Les veaux sont un peu les enfants que je n’ai pas», explique Corinne en riant.
Ruedi se prend aussi le temps de prodiguer des caresses à ses vaches.

Galerie de photos: Von Allmen, Mürren