Gletschergarten Cavaglia
Vous êtes ici

Trésors de la période glaciaire

Il y a 11 000 ans, d’énormes masses de glace recouvraient la Suisse. Au jardin des glaciers de Cavaglia, il est possible de découvrir aujourd’hui des vestiges de cette période glaciaire: plus de 30 marmites glaciaires y ont été dégagées.

Septembre 2017 / 

Période glaciai­re. Le glacier Palü qui descend du massif de la Bernina dans le Val Poschiavo s’est étendu jusqu’à Cavaglia au pied de l’alpage de Grüm. En se retirant, l’eau de la fonte des neiges et les éboulis ont fait bouger le tout. Des remous constitués d’eau, de sable et de pierres ont creusé sur des milliers d’années d’énormes trous dans les roches, appelés «marmites glacières». Il y en a en tout plus de 100, la plus petite de la taille d’un ballon de basket, les plus grosses de 5 mètres de large et d’une profondeur de 15 mètres. Aujourd’hui, seul un tiers d’entre elles sont visibles. «Cela fait 20 ans que nous creusons, mais nous n’avons pas réussi à en dégager plus», commente Romeo Lardi, président de l’Association du Jardin des Glaciers de Cavaglia.

On savait depuis longtemps qu’il se cachait un trésor de l’époque glaciaire dans les roches au-dessous des monticules boisés. Divers projets pour les dégager ont cependant échoué jusqu’à ce que Romeo Lardi prenne les choses en main. Il était conscient du potentiel touristique de ces vestiges de l’époque glaciaire, que l’on  pouvait voir jusque-là uniquement au Jardin des glaciers de Lucerne. «Je me rappelle que j’y suis allé avec l’école, alors que nous aurions eu des marmites plus grandes tout près de chez nous». En 1998, Lardi fonda avec deux collègues l’Association pour les glaciers de Cavaglia. Eté après été, les membres de l’association pellèrent, avec le soutien de bénévoles, des tonnes de terre, de boue et de pierres pour les extraire des cavités. Ils consolidèrent des chemins, érigèrent des panneaux indicatifs et construisirent des aires de pique-nique. «Pour une marmite de quatre mètres de diamètre, il faut peller pendant environ dix heures pour creuser un trou d’un mètre», explique Lardi. Il faut donc environ trois semaines pour dégager une grosse marmite.» Les innombrables heures effectuées par les bénévoles ont été précieuses. «Pendant la saison 2016, nous avons reçu quelque 50 000 visiteurs et fait 252 visites guidées», dit Lardi.

Or les nombreux visiteurs ont besoin de WC et c’était jusque-là un problème car le jardin des glaciers n’avait pas d’installations sanitaires. «Il fallait que les gens se rendent aux toilettes de la gare, à 10 minutes de là». Une situation qui ne pouvait durer. Cependant, l’investissement pour des toilettes qui soient accessibles également aux handicapés, comme l’est le jardin, aurait fait exploser la caisse de l’association. «Nous sommes financés quasi exclusivement par les cotisations des membres et les dons que les visiteurs veulent bien verser à l’entrée ou à la sortie», dit Lardi. «Sans le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards nous n’aurions pas pu construire ces installations.»

La première étape de la construction du jardin des glaciers est maintenant terminée. Lors de la prochaine, il est prévu de dégager à nouveau environ une dizaine de marmites. «Nous aurons alors le plus grand jardin des glaciers d’Europe», dit Lardi tout sourire. «Ma mère m’a dit un jour: tu n’as pas seulement cinq enfants mais six. C’est cependant le numéro 6 qui m’a donné le plus de fil à retordre.»

 
Ajouter un commentaire
L’Aide Suisse aux Montagnards se réserve le droit d’effacer les commentaires. Cela est valable en particulier pour les commentaires qui portent atteinte à l’honneur. Les décisions ne feront l’objet d’aucun rapport et aucune correspondance ne sera échangée.
▴ Haut de page
Les cent marmites glaciaires de Cavaglia ont été longtemps invisibles car elles étaient remplies de terre et enfouies sous le sol de la forêt. Deux bonnes douzaines ont été dégagées récemment et on peut les admirer sur un circuit jalonné de panneaux d’information.
La plaine de Cavaglia, au début du Val Poschiavo (à l’arrière-plan) était recouverte par un immense glacier lors de la dernière période glaciaire.
L’eau de la fonte des neiges et les pierres en sous-sol ont creusé pendant des millénaires des cavités impressionnantes dans la falaise et ont formé des marmites glaciaires dans lesquelles coule encore un torrent de montagne.
La plupart des marmites glaciaires de Cavaglia sont vides aujourd’hui mais leur taille laisse supposer que d’énormes érosions ont eu lieu à cet endroit.
Les visiteurs peuvent même descendre dans l’une ou l’autre de ces marmites.
C’est en partie grâce à Romeo Lardi que l’on a la chance de pouvoir admirer aujourd’hui les marmites de Cavaglia. Ce guide de montagne du Puschlav a entrepris les travaux de fouille il y a 20 ans. Depuis lors, et avec l’aide de nombreux bénévoles, environ deux douzaines de marmites ont été dégagées.
L’accès au jardin des glaciers est gratuit. Il y a cependant, à l’entrée et à la sortie,  une petite caisse dans laquelle les visiteurs peuvent déposer une obole. «C’est ainsi qu’on arrive à faire avancer les opérations», commente Romeo Lardi, président de l’Association du Jardin des glaciers de Cavaglia.
Le jardin des glaciers est une belle expérience aussi bien pour les familles avec enfants…
…que pour les randonneurs. Des sentiers sécurisés conduisent à travers cette forêt de montagne jusqu’aux imposantes marmites glaciaires.
Le jardin des glaciers de Cavaglia est bien desservi. Le chemin de fer «Rhätische Bahn» passe devant et l’arrêt n’est qu’à dix minutes à pied.
Dix minutes qui peuvent être longues cependant lorsque l’on doit aller au petit coin. Avant, les visiteurs devaient aller aux WC de la gare mais, depuis l’été dernier, le Jardin des glaciers a ses propres toilettes. Elles ont été cofinancées par l’Aide Suisse aux Montagnards.

Galerie de photos: Projet Cavaglia/GR