Vous êtes ici

A la recherche du panorama idéal

Le jeu de cartes du 11 est un classique. Simple, mais jamais ennuyeux. Pour notre 75ème anniversaire, nous en avons créé une variante, qui fera connaître l’univers montagnard aux joueurs. Lors de la distribution des cartes, de magnifiques panoramas de sommets apparaissent sur la table de jeu. Ils ont été photographiés par Simon Oberli, qui avec Daniela son épouse s’investit pleinement à chaque prise de vue.

Novembre 2017 / 

6 heures du matin, il fait encore nuit noire à Tiefenbach en aval du col de la Furka quand Simon et Daniela sortent leurs sacs à dos de leur véhicule et se mettent en marche. Destination: le glacier du Tiefen et le «Krähennest», un petit sommet qui offre une vue magnifique à la ronde. Ce ne sont pas les belles vues qui manquent aux Oberli. Aujourd’hui, ils souhaitent simplement ajouter un nouveau cliché à leur collection de panoramas de montagne

Ils sont tous les deux passionnés de photographie. Outre les panoramas, ils réalisent aussi des photos de nature ainsi que des clichés de comparaison des glaciers pour documenter leur recul. Lorsque les conditions sont favorables – temps clair et ciel au moins partiellement bleu – ils sont toujours en piste dans les montagnes suisses. Et quand le temps est maussade, Simon se met à son ordinateur et regroupe méticuleusement des photos par douzaines pour en faire de somptueux panoramas qu’il diffuse ensuite sur son site Internet. Des images que l’on retrouve entre autres sur des barrières de chantier, dans des rapports annuels, sur les murs des hôpitaux ou mises sous verre dans certaines cuisines. Les Oberli s’inves­tissement dans la photographie à plus de 100 pour cent. Ils n’arrivent pourtant pas à en vivre. Le métier principal de Simon, c’est le développement de logiciels. Quant à Daniela, elle travaille à temps partiel dans une banque. Les longues journées et les week-ends qu’ils consacrent à la photo ne sont pas un problème pour eux. Ils n’ont pas d’enfants et la photographie est leur seul hobby important.

C’est pourquoi ils se lèvent volontiers très tôt pour être près du glacier au lever du soleil. Ce jour-là, ils sont récompensés par une ambiance incroyable, une belle lumière et une rencontre avec un bouquetin. Aux premiers rayons du soleil, Simon monte son trépied sur un grand bloc de roche. Le panorama qu’il va photographier servira de documentation sur l’importante fonte du glacier depuis le printemps. «C’est dramatique, la langue est maintenant séparée du reste du glacier. Cela signe son arrêt de mort.» Pour ne pas contribuer plus que nécessaire au changement climatique, les Oberli ont renoncé à faire des voyages à l’étran­ger. «Bien sûr que cela me plairait de photographier les déserts», dit Simon. «Mais il y a ici en Suisse suffisamment de panoramas impressionnants qui manquent encore dans mes archives photo.»

www.naturpanorama.ch
 

 
Ajouter un commentaire
L’Aide Suisse aux Montagnards se réserve le droit d’effacer les commentaires. Cela est valable en particulier pour les commentaires qui portent atteinte à l’honneur. Les décisions ne feront l’objet d’aucun rapport et aucune correspondance ne sera échangée.
▴ Haut de page